Irena Sendlerowa and the nobel peace prize

cours de piano paris cours de piano paris cours de piano paris

Irena Sendlerowa, Juste parmi les justes

Irena Sendler, née Krzyżanowska, elle porte le même patronyme que la maman de Chopin, sauva des milliers d’enfants juifs d’une mort certaine en les faisant sortir du ghetto de Varsovie. Irena cachait les enfants dans le fond de sa boite à outils qu’elle transportait à l’arrière de son véhicule ainsi qu’un grand sac (pour les enfants plus grands). Elle avait aussi un chien à l’arrière qu’elle avait entrainé à aboyer quand les soldats allemands la contrôlait à l’entrée et à la sortie du ghetto. Les soldats ne pouvaient rien contre le chien qui couvrait en fait le bruit que pouvait faire les enfants. Elle sauva 2500 enfants en les cachant ainsi; elle fut arrêtée et les nazis lui brisèrent les jambes, les bras et la torturèrent. Irena garda tous les noms des enfants qu’elle avait fait partir du Ghetto et les garda dans une jarre en verre enterrée derrière un arbre au fond de son jardin derrière sa maison. Après la guerre, elle essaya de localiser tous les parents qui avaient pu survivre et tenta de réunir les familles. Mais la plupart avaient été gazés . Les enfants qui avaient été sauvés ont été placés dans des familles d’accueil ou ont été adoptés.

Irena Sendler est morte en 2008. Son nom s’est vu proposé pour le Prix nobel de la paix. Mais on a préféré le donner à Al Gore pour son film sur le réchauffement climatique, tête de gondole d’une machinerie marketing qui lui a rapporté des millions de dollars. Cela porte un coup certain à la crédibilité de cette institution, en déclin et peut-être corrompue, qui s’apparente davantage à une forme de pet de la bonne conscience occidentale ou à une mafia du cirage de pompes  (Lorsque par exemple le prix nobel fut donné à Barack Obama, qui n’avait encore rien fait… ce qui montre que l « ‘institution » s’attache plus aux symboles qu’aux actes). George Bernard Shaw disait d’ailleurs: « Le prix nobel est une bouée de sauvetage lancée lorsque vous avez déjà atteint l’autre rive« . Il faut beaucoup de recul sur l’histoire pour accorder une telle distinction. A moins de vouloir dynamiser l’institution en lui donnant un tour politique.

Pour nous consoler, et rendre hommage à Irena Sendlerowa, je vous propose d’écouter un mazurka de Chopin et une rêveuse consolation (n°3) de Liszt.

Irena Sendler, born Krzyzanowski, she has the same name as the mother of Chopin, saved thousands of Jewish children from certain death in the Warsaw ghetto. Irena hid the children in the bottom of her tool box she carried on the back of her car and in a big bag (for older children). She also had a dog in the back that she had trained to bark when the German soldiers controlled her at the entry and exit of the ghetto. The soldiers could do nothing against the dog that actually covered the sound children could make. She saved 2,500 children by hiding them. Unfortunately  she was arrested. The Nazis broke her legs, arms and severely tortured her. Irena kept all the names of children she had saved from the Ghetto and kept them in a glass jar buried behind a tree at the bottom of her garden behind her house. After the war, she tried to locate all the parents who had survived and  to reunite families. But most of them had been gassed. Children who were saved were placed in foster care or were adopted.

Irena Sendler died in 2008. Her name has been proposed for the Nobel Peace Prize. But the Nobel Peace Prize Committee (capital letters are optional) preferred to give it to Al Gore for his film on global warming, the head of a marketing machinery that has made him earn millions of dollars. This sure is a blow to the credibility of this institution, in decline and possibly corrupted, which looks more like a fart from the Western good conscience ass or a mafia of shoe polishing (eg When the Nobel Prize was given to Barack Obama, who had not done anything yet … an act that shows that the « institution » adores symbols more than actual deeds). It takes a real ability to step back in history to give value to such a distinction.

To console us, and pay tribute to Irena Sendlerowa, I suggest we listen to a Chopin mazurka and a dreamy Consolation (No. 3) by Liszt (see above).

cours de piano paris cours de piano paris cours de piano paris

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Chopin, Piano, piano et société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Irena Sendlerowa and the nobel peace prize

  1. romain cuny dit :

    Histoire vraiment incroyable qui devrait être plus connue. C’est ça le vrai courage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s