Prokofiev – Vinnitskaya – Concerto n°2 op.16 (1912)

« Coucher de soleil » A. Rylov (1870-1939)

Anna Vinnitskaya joue le massif concerto en sol mineur de Prokofiev au Concours Reine Elisabeth de Belgique dont elle fut lauréate en 2007. Le concerto en sol mineur a été composé par Prokofiev il y a tout juste cent ans. C’est un concerto en quatre mouvements, ce qui est plutôt rare pour un concerto, dont le genre adopte plus souvent trois parties (rapide – lent – rapide). Le concerto est dédié à un ami du compositeur, collègue de conservatoire, Maximilien Schmidhof, qui disparut dans des circonstances tragiques. Les couleurs très sombres et tourmentées de certains passages s’expliquent peut-être par cela. La première représentation du concerto fit scandale.

La partition de cette oeuvre de jeunesse, la seizième qu’ait composée Prokofiev, fut perdue en 1917 pendant la révolution bolchévique. Prokofiev en composa une nouvelle version qui fut créée en 1924 à Paris. La prestation d’Anna Vinnitskaya est extrêmement bien filmée, avec des plans en hauteur et plongeants.

La seconde vidéo présente le troisième mouvement du concerto, le plus connu, Intermezzo (« entre deux mouvements », ou intermède), de caractère extrêmement sardonique et spectaculaire. Ce mouvement présente de nombreux traits virtuoses presque monstrueux tant ils sont outrés. L’entrée du piano me fait personnellement penser à l’entrée en scène d’une créature fantastique, repoussante et obscène. Plus loin on peut entendre également l’évocation de danse orientale, très surprenante au piano. Le compte associé à la prestation d’Anna Vinnistskaya ayant été supprimé, c’est l’interprétation, également merveilleuse, de V. Askhenazy qui vous est servie.

Sur les deux vidéos suivantes, vous pouvez suivre les deux premiers mouvements du concerto avec la partition:

English Version

Anna Vinnitskaya plays the massive concerto in G minor by Prokofiev at the Queen Elisabeth Competition of Belgium she won in 2007. The Concerto in G minor was composed by Prokofiev exactly a hundred years ago. It is a concerto in four movements, which is rare for this musical forme that usually takes three parts (fast – slow – fast). The concerto is dedicated to the composer’s friend, a colleague at the conservatory,  Maximilian Schmidhof, who disappeared in tragic circumstances. The colors of the score are very dark and tormented. The first performance of the concerto caused quite a stir.

The score of this early work, Prokofiev’s sixteenth piece, was lost in 1917 during the Bolshevik Revolution. Prokofiev composed a new version that was created in 1924 in Paris.

The second set of videos shows the third movement of the concerto, the  famous Intermezzo (« between two movements » or interlude), that is very sardonic and extremely dramatic. This movement has many virtuosos features, extremely evocative. The entrance of the piano makes me think of the emergence of a fantastic and curious creature, both repulsive and obscene. Further one can also hear the evocation of an oriental dance, very surprising at the piano. The performance of the concerto by Anna Vinnitskaya is extremely well filmed.

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Concertos, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s